Faites-vous partie des cavaliers qui ont une selle mal adaptée à leurs chevaux ?

Faites-vous partie des cavaliers qui ont une selle mal adaptée à leurs chevaux ?

Si je vous dis que 90% des cavaliers français ont une selle mal adaptée à leurs chevaux, vous me croyez ? Et vous, vous êtes sûr que votre selle convient parfaitement ? Voyez plutôt les conseils d’Annette Rancurel, spécialiste de la selle.

Mis à jour le 17 juillet 2018

Et oui, la selle comme le mors, on n’y fait pas vraiment attention notamment parce qu’en France on n’y est pas encore aussi sensibilisé que dans certains autres pays. Pourtant elle est d’une importance capitale dans la performance et le bien-être de votre cheval au travail.

“Oh t’as vu, Caramel a encore blessé au garrot, j’arrive jamais à lui faire cicatriser. Et puis il est pas bien en ce moment, il ne se donne pas au travail, il est tout étriqué, il saute pas bien, il est limite boiteux… Je désespère. T’as pas une bonne crème cicatrisante et un bon ostéo à me conseiller ?”
“Oui j’ai ça, mais j’ai encore mieux : une bonne selle !”

selle mal adaptée

Pour ne rien vous cacher, on a eu plusieurs témoignages d’utilisateurs d’Equisense Motion nous ayant rapporté un gros changement dans la note de symétrie après avoir changé de selle (+2 points avec une bonne selle, -2 points avec une selle mal ajustée). Du coup je me suis dit qu’il fallait qu’on vous explique un peu le pourquoi du comment.

selle mal adaptéeEn savoir plus : Ça sert à quoi Equisense Motion en fait ?

A quoi sert une selle ? Pourquoi l’ajustement est il aussi important ? Comment savoir si ma selle convient à mon cheval ? Quel est le rôle des amortisseurs ? Voilà un peu le genre de questions auxquelles je vais tenter de répondre avec l’appui d’Annette.

Les deux fonctions de la selle 

Mais en fait, à quoi ça sert une selle ? 🤔 Réponse : à avoir moins mal aux fesses !
Plus sérieusement, la selle a deux fonctions :

1/ La répartition des pressions

Le but premier d’une selle c’est de répartir les pressions engendrées par le cavalier de manière homogène.

Comme je vous l’expliquais dans l’article sur les mors, la pression c’est la force divisée par la surface. Ici pour faire simple la force c’est votre poids et celui de la selle. Donc plus la surface de contact avec le dos du cheval est grande, plus la pression sera faible.

Or quand on est à cru, la surface de contact se limite à la surface de nos fesses (petite surface, donc la pression est très grande). Tandis que quand on est sur la selle c’est toute la surface des panneaux qui répartit la pression. La pression est du coup est beaucoup plus faible. C’est donc beaucoup plus confortable pour votre cheval.

Attention, je ne veux pas dire ici qu’il ne faut surtout pas monter à cru! Il faut simplement le faire de manière raisonnée.

La selle va donc répartir les pressions sur toute sa longueur et sur toute sa largeur, en épargnant la colonne vertébrale

2/ Equilibrer le cavalier

La selle a une autre fonction, celle de vous équilibrer en vous permettant de vous verticaliser sans effort.

En fait, si on y pense, la selle et les rênes sont les deux seules choses qui vous séparent de votre cheval. Donc si vous voulez avoir une communication parfaite avec lui, une selle convenable pour lui et pour vous est absolument nécessaire. C’est elle qui va transmettre les informations de votre bassin et de votre haut du corps à votre cheval. Du coup si l’information ne passe pas bien, vous imaginez bien que le message ne peut pas être bien interprété.

Le souci c’est qu’une selle, malgré toutes ces fonctions capitales, quand elle n’est pas adaptée ça peut faire beaucoup plus de mal que de bien.

Les 3 types de selles mal adaptées

On distingue trois types de selles “mal adaptées”. Pour vous aider à comprendre, on va comparer ça avec une paire de lunettes 👓.

1/ Les selles de mauvaise conception 

Pour imager, c’est un peu comme si vous aviez une paire de lunettes avec des verres en plastique opaque et une branche plus longue que l’autre. Malgré toute la bonne volonté du monde il n’y a pas grand chose à faire. Vous n’y verrez jamais rien et ça sera un enfer à porter.

==> Ces selles sont donc à jeter.

2/ Les bonnes selles mal ajustées

Les bonnes selles mal ajustées c’est comme une bonne paire de lunettes mais qui ne sont pas à votre vue. C’est très désagréable, mais c’est un problème qui se solutionne. Et ces lunettes, mises sur quelqu’un qui a cette correction là, elles seront très bien.

==> Selon le niveau de mauvais ajustement de la selle, ça peut être réglé par un compensateur ou un remodelage de la selle. Sinon il faut changer de selle.

3/ Les bonnes selles mal placées

Enfin les bonnes selles mal placées, c’est comme si vous aviez une bonne paire de lunettes à votre vue, mais que vous auriez placées sur le bout de votre nez.  Elles sont très bien mais comme elles sont mal placées, les branches font mal aux oreilles, ça vous pince le nez et ça ne vous corrige pas grand chose quand vous regardez droit devant vous.

Quand la selle est mal placée, c’est qu’en général elle a été mise trop en avant. On a rarement tendance à la mettre trop en arrière. Du coup ça va gêner le mouvement des omoplates et donc faire diminuer l’amplitude de la foulée.

Ça fait quoi concrètement une selle mal adaptée ? 🧐😱

Plus concrètement, une selle mal adaptée c’est donc une selle qui va :

  • mal répartir les pressions
  • générer des frottements
  • cisailler
  • emmagasiner de la chaleur

Une selle mal adaptée va créer des zones où la pression sera nettement plus élevée.

Par exemple si la gouttière est trop étroite, il y aura des pics de pression tout le long de la colonne vertébrale.

selle mal adaptée gouttière étroite
Image : Equinologie / Annette Rancurel

Si l’ouverture de garrot est trop étroite, il y aura des pics de pression tout autour du garrot. Ça fait un peu effet pince à linge. C’est extrêmement douloureux pour le cheval.

selle mal adaptée garrot étroit
Dans ce cas, le cheval est en réelle souffrance. Image : Equinologie / Annette Rancurel

Au contraire, si l’ouverture de garrot est trop large, la selle va plonger vers l’avant. Ça va écraser le garrot (aïe). Le troussequin va se soulever et basculer de droite à gauche quand le cheval se déplace, créant, fatalement, des gros frottements.
Si les panneaux de la selle sont trop aigus, la surface de contact est réduite donc la pression de chaque côté de la colonne va être énorme.

selle mal adaptée panneaux aigus
Image : Equinologie / Annette Rancurel
selle mal adaptée
Image : Equinologie / Annette Rancurel

La pression pousse le cheval à creuser le dos

Ce qu’il faut savoir c’est que la pression met le dos en extension. Vous avez déjà vu un vétérinaire tester la mobilité du dos du cheval en appuyant avec ses doigts juste à côté de la colonne vertébrale ? Le cheval creuse immédiatement son dos et la réaction peut être très forte. Imaginez maintenant que votre selle appuie sur ces structures de la même façon. Difficile pour le cheval de se tendre et de rester souple dans ces conditions. 😕

Les conséquences sur le cheval sont colossales 😱

La locomotion est affectée

Déjà, une selle qui ne convient pas au cheval va considérablement affecter sa locomotion.

Une étude a été faite (Peham, 2004) pour regarder les effets d’une selle mal adaptée sur la locomotion des chevaux. Il a été constaté que la variabilité des vitesses et accélérations horizontales ainsi que de l’accélération transversale étaient considérablement augmentées. En fait, comme le cheval est mis dans l’inconfort, il va chercher un moyen de se soulager de la gêne créée par la selle et sera donc incapable de se mouvoir de manière stable et régulière. Il devient donc difficile de respecter l’échelle de progression quand son cheval ne peut pas se mouvoir de manière régulière.

Les structures anatomiques sont abimées

Ensuite, la selle rentre en contact avec de nombreuses structures anatomiques qu’il est important de préserver. Notamment la colonne vertébrale qui doit être épargnée, quels que soient les mouvements (flexion, extension, incurvation, rotation). La selle interfère également avec les muscles du dos et la scapula (l’omoplate). Or, une pression trop importante empêche le sang de circuler dans ces structures et comprime les muscles contre les structures osseuses. Il faut savoir que les douleurs de pression sont vites insupportables ! La sensibilité est donc perturbée.

C’est exactement comme quand on a les pieds trop serrés si on met trop de chaussettes. À la fin soit on ne sent plus nos pieds parce que le sang ne circule pas bien, soit ça nous fait horriblement mal et ça nous rend maladroits et grincheux. Et bien pour nos chevaux c’est pareil. Si la selle n’est pas bien ajustée et qu’elle comprime trop par endroits, ça va gêner la circulation sanguine. Ils pourront soit ne plus sentir leur dos, soit ressentir une douleur très vive et les rendre maladroits et ronchons. Vous imaginez facilement que ça devient difficile pour eux de bien répondre à nos demandes dans ces conditions.

On peut donc voir la musculature devenir asymétrique (puisque la pression entraine des amyotrophies). Ça va créer des dorsalgies voire même des boiteries. (Greve, 2013)(De Cocq, 2004).

D’ailleurs vous saviez que les selles mal adaptées sont les premières causes de douleurs dorsales chez les chevaux de sport ? (Jeffcott, 1999)

Une selle mal adaptée peut blesser le cheval

selle mal adaptée

Enfin, les selles peuvent aussi engendrer des blessures visibles. Les fameuses blessures au garrot où on dit “oh il est chiant ce cheval il blesse tout le temps au garrot”. L’apparition de poils blancs sur le garrot est un signe qui doit vous alerter !!

“Bon d’accord, je comprends mieux le problème. Maintenant, comment je peux savoir si ma selle est bien ajustée ?”

10 conseils pour vérifier que sa selle est correctement placée et adaptée

Le bon placement

selle mal adaptée

Pour savoir si votre selle est bien placée, il faut que vous soyez capables de localiser deux structures anatomiques importantes : l’arrière de la scapula (l’omoplate) et la dernière côte. Votre selle doit être placée entre ces deux repères. En effet, placée devant la scapula, le mouvement de l’épaule est gêné donc l’amplitude du mouvement des antérieurs est entravée. Placée derrière la dernière côte la selle n’est plus sur les vertèbres thoraciques mais sur les vertèbres lombaires.

selle mal adaptée
Image : Equinologie / Annette Rancurel

Le bon ajustement

Malheureusement, il n’y a pas de règle absolue pour savoir que votre selle convient bien au cheval, mais je vais vous donner quelques pistes :

  • la gouttière doit être assez large pour épargner les vertèbres thoraciques (3 doigts est un vrai minimum)
  • la selle ne doit surtout pas entrer en contact avec le garrot (ni au dessus ni sur les côtés)
  • elle doit être stable (ne pas bouger de droite à gauche ou de haut en bas quand le cheval marche)
  • elle ne doit pas dépasser la dernière côte (donc ne doit pas être trop longue)
  • les panneaux doivent être symétriques et reposer uniformément sur le dos du cheval
  • l’angle des panneaux à l’arrière doit être le même que l’angle du dos
  • l’assise doit être horizontale et doit vous verticaliser
  • les contre-sanglons doivent se placer à l’endroit justement nommé “passage de sangle” pour éviter que la selle n’avance ou ne recule. D’où l’intérêt d’en avoir 3 ! Comme ça on peut choisir où fixer sa sangle selon la morphologie de son cheval. Pour les selles à sanglage bas, il est donc plus judicieux d’avoir des sanglons fixés au niveau de la matelassure et non en bas du quartier.
Bons et mauvais exemples de selles. Source : Equinologie
Bons et mauvais exemples de selles.
© Equinologie / Annette Rancurel

Et les amortisseurs là dedans ?

Je vous invite à lire mon article dédié à ce sujet : Un mauvais amortisseur fait autant de mal qu’une mauvaise selle

Ce qu’on peut dire là c’est que c’est bien, mais ça peut aussi être très mal !

amortisseur dos selle cheval
©Equinologie / Annette Rancurel

Les amortisseurs sont un peu comme les semelles orthopédiques de nos chaussures. Ça peut nous changer la vie, en bien comme en mal. Essayez de marcher avec des chaussures trop petites et les semelles de quelqu’un d’autre vous comprendrez facilement le problème !! Pour les amortisseurs c’est pareil.

Le mieux pour ça c’est donc de faire un diagnostic de la selle et savoir à quoi va servir l’amortisseur. Va-t-il servir à répartir les pressions, à amortir les chocs, à rééquilibrer la selle ?

Selon son utilité et l’adéquation de la selle, l’amortisseur sera totalement inutile. Il pourra même empirer les choses. Ou bien il sera d’une importance capitale. Et selon la situation, l’amortisseur ne sera pas le même non plus. Le choix de la forme et du matériau dépend de son utilité.  Vigilance donc quant à l’utilisation d’un amortisseur “parce que ça fait joli” …

Conclusion

En conclusion de ce long article, la selle est un élément clé de votre réussite et dépasse largement la simple question de l’esthétique et de votre propre et unique confort. Pour autant, chaque cas est unique, il n’y a pas de règle absolue pour savoir si la selle convient ou pas. Seul un professionnel pourra vous aider. Mais ce qu’on peut vous dire, c’est que certains utilisateurs d’Equisense Motion ont gagné jusqu’à 3 points de symétrie en adaptant leur selle. Pas  négligeable !! On espère que ces images feront “tilt” chez vous, comme ça l’a fait chez les cavalières de l’équipe Equisense. L’idée n’étant pas de vous culpabiliser, mais de vous apporter quelques éléments de compréhension.

Je tiens enfin à remercier chaleureusement Annette pour le temps qu’elle m’a accordé pour la rédaction de cet article.

A bientôt pour un prochain article,

Camille Saute & Annette Rancurel

👍🏻👎🏻 Vous avez des retours à nous faire sur les articles de blog ? Vous avez des idées d’articles ? ==> Remplissez ce questionnaire pour nous faire part de vos commentaires et de vos envies ! 👍🏻👎🏻


Bibliographie
GREVE et S. DYSON, «The horse-saddle-rider interaction», The Veterinary Journal, vol. 195, pp. 275-281, 2013.
DE COCQ, P. R. VAN WEEREN et W. BACK, «Effects of girth, saddle and weight on movements of the horse», Equine Veterinary Journal, vol. 36, n° 18, pp. 758-763, 2004.
C. PEHAM, T. LICKA, H. SCHOBESBERGER et E. MESCHAN, «Influence of the rider on the variability of equine gait», Human Movement Science, vol. 23, pp. 663-671, 2004.
A. BYSTRÖM, M. RHODIN, K. VON PEINEN, M. A. WEISHAUPT et L. ROEPSTROFF, «Basic kinematics of the saddle and rider in high-level dressage horses trotting on a treadmill», Equine Veterinary Journal, vol. 41, n°13, pp. 280-284, 2009.
S. BIAU, «Interaction biomécanique entre le cavalier et son cheval – Etude bibliographique,» chez XIIe colloque de l’Ecole Nationale d’Equitation – Posture du cavalier et posture du cheval, Saumur, 2008.
L. JEFFCOTT, M. HOLMES, H. TOWNSEND, Validity of saddle measurements using force-sensing array technology – preliminary studies. Vet. J. 158, 113-119, 1999.
Illustrations
Saddle icon, by Kelly Marie from the Noun Project

Related Posts

Camille Saute
"Mes études d'ingénieur et ma curiosité insatiable ainsi que le contact privilégié avec des vétérinaires et des chercheurs m'ont permis d'acquérir des connaissances qui ont radicalement changé ma façon d'interagir avec ma jument et de monter à cheval. J'ai vraiment envie de partager tout ça avec vous :)"

8
Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
ZITOUN
Invité
ZITOUN

Excellente analyse.
Les instructeurs devraient s’en inspirer davantage…
Peut être faudrait il distribuer des petits fascicules reprenant votre article dans les clubs hippiques…Ou bien l’adresse du blog plus simplement…

Horse Discount
Invité

Un article super intéressant. Il est vrai que beaucoup de cavaliers délaissent la qualité d’une selle pour cause de prix élevé. Néanmoins, si on aime les chevaux et surtout son cheval, on essaye de prendre soin de lui. Il est donc dans l’intérêt du cavalier et de son cheval d’utiliser une selle adaptée et confortable. Encore merci pour toutes ces informations !

Catherine Jaeger
Invité
Catherine Jaeger

Exact ! Bon nombre de cavaliers de club, quand ils achètent leurs premières selles, choisissent des modèles très bas de gammes réalisés dans de mauvais cuirs et extrêmement mal coupés. D’où les blessures de garrot et les problèmes de dos. Et justement, lorsque j’avais posé la question à l’enseignante de mes filles il y a plusieurs années, elle m’avait répondu qu’il valait mieux une très bonne selle en synthétique plutôt qu’une mauvaise selle en cuir. J’ai retenu son conseil et opté pour des modèles Wintec. Mais ces selles restent encore coûteuses malgré tout.

Reverdy
Invité
Reverdy

Merci pour cet article ! Une selle adaptée au dos du cheval est effectivement essentielle pour son confort et son bien-être. Il est aussi important de savoir choisir correctement son tapis de selle, afin d’assurer notamment un bon dégarotage et de laisser libre mouvement à son cheval.

Justine faudel
Invité
Justine faudel

Super article.
Si seulement les cavaliers francais pouvaient y être plus sensibles !

Schirtzinger
Invité
Schirtzinger

merci pour la qualité de vos articles. Cavalière débutante, j’ai fait appel à un sellier renommé pour éviter les erreurs et je ne suis pas du tout certaine après plusieurs années que la selle convienne vraiment bien à ma jument. Je serre les dents car elle me blesse souvent…Existe t’il un professionnel simplement pour faire une évaluation sans intérêt commercial ? Si oui, comment procéder ?