4 choses que vous ignorez sur les vermifuges pour les chevaux

4 choses que vous ignorez sur les vermifuges pour les chevaux

On vous dit vermifuges pour les chevaux ? Vous répondez du tac au tac “Trop facile! Je connais par coeur”. Et bien pourtant, il existe de nombreuses idées reçues sur les vermifuges. Si vous ne savez pas tout, c’est aussi parce que les études qui nous incitent à changer nos pratiques sont récentes et qu’il faut un petit peu de temps pour que les bons réflexes s’installent. Marine, notre vétérinaire et directrice produit, vous aide à y voir plus clair 😊

Mis à jour le 2 juillet 2018

Idée reçue quand tu nous tiens…

1/ “Il faut absolument vermifuger tous les chevaux.” 

C’est FAUX ! 🚫

Pas de panique si vous trouvez un œuf ou un vers esseulé dans un crottin. 💩🐛 Le cheval possède naturellement des vers dans son tube digestif.

Le problème, c’est :

  1. la quantité, ce qui n’est pas trop difficile à comprendre
  2. la qualité

Et là, c’est un petit peu plus compliqué… Concentrez-vous, je m’explique !

Comment ça la QUALITÉ des vers ??

Les gentils et méchants vers 🐛

Il y a en fait deux types de parasites : 

  • Les ”gentils parasites”. Ils sont sensibles aux vermifuges et donc meurent facilement.
  • Et les “méchants parasites”. Eux sont chimio-résistants, c’est à dire qu’ils ont la faculté de résister aux vermifuges.

Ces deux catégories proviennent d’un phénomène d’adaptation biologique. A chaque fois qu’on donne du vermifuge à un cheval, on instaure une “pression de sélection”. En gros, c’est la loi du plus fort.😈 On tue les plus faibles (nos “gentils parasites”) et seuls les plus résistants survivent (nos “méchants parasites”). On sélectionne donc petit à petit à chaque vermifugation les parasites les plus “méchants” qui se reproduisent entre eux, donnant de nouveaux parasites résistants etc.

Donc ? Vermifuge ou pas ? 🤔

« Bon, c’est bien joli tout ça… Mais alors quelle est la solution? On vermifuge ou pas ? »

Oui, on vermifuge mais de façon raisonnée 😉 C’est à dire pas trop fréquemment pour ne pas sélectionner les “méchants parasites”.

La solution miracle pour que tous les vers ne deviennent pas de ”méchants vers résistants”, ce sont les les refuges de sensibilité ! C’est un terme un peu barbare mais vous allez comprendre. Un refuge de sensibilité, c’est un cheval peu ou pas traité qui abrite de “gentils parasites”, sensibles aux vermifuges. Oui, oui, vous avez bien entendu… Il y a des chevaux qu’on peut choisir de traiter très peu, voire pas du tout contre les vers !

Comment savoir si on doit traiter ?

C’est simple (et un peu beurk). Il suffit de faire ce qu’on appelle une coproscopie (un prélèvement de crottins) et de compter les œufs de parasites. Pas vous, le laboratoire ! 💩

Si votre cheval (adulte) a moins de 200 œufs de parasites par gramme de crottin, on ne le vermifuge pas. Il devient alors un refuge de sensibilité et tous les équidés du monde le remercient parce qu’il contribue biologiquement à garantir la survie de l’espèce équine. C’est aussi simple que ça. 👌🏼

L’avenir, c’est la vermifugation sélective des chevaux. Enfinsauf pour les poulains et yearling pour qui une vermifugation stratégique est recommandée.

vermifuges pour les chevaux

2/ “Il faut vermifuger plus souvent les chevaux qui vivent au pré.”

C’est FAUX ! ❌

On a tendance à penser que les chevaux vivant 100% au pré sont plus parasités que ceux qui vivent en box-paddock et on a donc tendance à les vermifuger plus souvent. En fait, tout dépend du milieu de vie. Par exemple, un cheval qui vit dans une grande pâture bien entretenue sera moins parasité qu’un cheval qui vit au box et qui partage, pour sa sortie quotidienne, un paddock où les crottins ne sont pas ramassés.

Dans la plupart des régions d’Europe, deux vermifugations par an sont suffisantes. Cependant et comme vous l’avez déjà compris, il n’y a pas de règle générale (comme toujours en biologie). Aussi, la fréquence des vermifugations doit être adaptée à chaque cheval en fonction de sa propre sensibilité et de la pression parasitaire environnante.

vermifuges pour les chevaux

⚠ Faites attention,  vermifuger systématiquement 4 à 6 fois par an, mal adapter la dose par rapport au poids (en mettre trop ou pas assez), traiter en plein hiver ou pratiquer le “dose and move” (traiter tous les chevaux d’un même effectif et les transférer sur une nouvelle pâture propre) réduisent considérablement nos chers refuges de sensibilité et favorisent donc l’apparition de résistance chez les parasites. ⚠

3/ “Les vermifuges sont le seul traitement qui existe contre les parasites.”

❌ C’est FAUX ! ❌

Associée à un protocole de vermifugation adapté, la gestion de l’environnement peut contribuer à réduire l’infestation des pâtures. Dans le jargon vétérinaire, on appelle ça un “traitement hygiénique”. Parmi les alternatives:

  • Pas de surpâturage (1 cheval par hectare) et ramassage hebdomadaire des crottins (efficace mais fastidieux!), rotation des pâtures.
  • Le pâturage alternée ou mixte avec… des ruminants 🐮 et surtout des moutons qui pâturent l’herbe à un niveau plus bas que les chevaux, ingérant et éliminant ainsi les larves infestantes. 🐑  La nature est bien faite !
  • Et peut-être dans un futur proche le “contrôle biologique” dont le but est la destruction des larves de la pâture. On en rêve même si cette stratégie est encore expérimentale.

vermifuges pour les chevaux

4/ “Les parasites ne peuvent pas faire grand mal à mon cheval.”

❌C’est encore FAUX !❌

On a tendance à considérer le parasitisme comme une maladie banale et sans grande conséquence. Malheureusement, les vétérinaires sont de plus en plus souvent confrontés à des cas de parasitoses incurables. Notamment quand un cheval est infesté par des “méchants parasites” qu’aucun vermifuge ne peut tuer.

Certaines espèces très pathogènes (Strongylus vulgaris) peuvent migrer dans les artères du cheval et les obstruer ou bien dans les intestins et provoquer des coliques vermineuses très sévères.

D’autres (les larves de Cyathostomes) peuvent provoquer un large éventail de signes cliniques (diarrhée, coliques) et aller jusqu’à provoquer la mort (jusqu’à 50% de taux de mortalité). Voilà pourquoi, malheureusement, les résistances aux vermifuges peuvent avoir des conséquences dramatiques.

vermifuges pour les chevaux

Découvrez aussi : Comment réagir face à un cheval en colique ?

Vous connaissez par cœur le fameux “les antibiotiques, c’est pas automatique!”. Je conclurai donc avec “les refuges, c’est mieux que les vermifuges!” (et maintenant, vous savez ce que c’est) 😉Alors, familiarisez-vous avec la coproscopie (miam) et pratiquez une vermifugation sélective et raisonnée. N’hésitez pas à en parler avec votre vétérinaire traitant. Il sera le plus avisé pour vous conseiller !

Deux articles très intéressants à lire en complément : « Vermifugation » et « La coproscopie »

Marine Slove
Vétérinaire et directrice produit chez Equisense.

👍🏻👎🏻 Vous avez des retours à nous faire sur les articles de blog ? Vous avez des idées d’articles ? ==> Remplissez ce questionnaire pour nous faire part de vos commentaires et de vos envies ! 👍🏻👎🏻


Références et illustrations
« Les parasites digestifs des équidés: transmission, méthode de lutte, chimiorésistance”, 2011, J. Guillot, M. Krarip Nielsen, A. Meana Manes, F. Beugnet
worm by Sean Maldjian from the Noun Project

Related Posts

Marine Slove
Mes études de vétérinaire équin, ma passion pour les sciences et la biologie et mon expérience sur le terrain en Normandie m'ont donné envie de partager toutes ces connaissances et retours d'expériences avec vous qui prenez soin de chevaux au quotidien.

10
Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
PIERRE Marine
Invité
PIERRE Marine

Bonjour,
Je trouve votre article très intéressant et je suis ravie de voir que même les vétérinaires ne sont pas pour une vermifugation systématique.
Ma jument est vermifuger avec des produits a bases de plantes, au printemps dernier elle était a 150 oeufs par gramme.
Mais je me pose la question pour sa pouliche née début Aout. Elle va avoir 3 mois et je suis réticente à lui donner un vermifuge chimique.
Elles sont dans un pré où ils n’y avait pas eu de chevaux depuis des années (au moins 8 ans).
Est ce que les coproscopies sont fiable aussi pour les poulains?
Merci d’avance,
Cordialement,
Marine.

Equisense
Admin

Bonjour,
Pour les poulains et yearling, une vermifugation stratégique et raisonnée est recommandée plutôt qu’une vermifugation sélective. A trois mois et même si la coproscopie se révèle en faveur d’une faible infestation, il faut absolument vermifuger avec un vermifuge traditionnel car le jeune individu n’a pas les mêmes défenses que l’adulte.
Bien à vous,
Marine Slove.

Alexandra B
Invité
Alexandra B

Bonjour, concernant les coproscopies, y a t il un protocole spécifique à suivre: fréquence (hebdo, ni mensuelle, mensuelle, trimestrielle…), heure de prélèvement dans la journée, quantité, autres?
Merci de votre retour.

Anne Gaelle
Invité
Anne Gaelle

Bonjour, Merci pour cet article très intéressant. En lisant celui du lien Que vous proposez il apparaît que certains parasites ne sont pas visibles dans la copro (ténia etc): cela n’en pose -t-il PAS de pb? Car du coup on ne vermifuge si nécessaire que sur certains parasites mais en ignorant les autres?
Merci d’avance pour votre réponse,
AG

Fidelle
Invité
Fidelle

Si tout le monde pour prendre en compte votre article Dans certains clubs ils vous obligé de faire tout les 3/4 mois voir derrière votre dos Nous maintenant on est dans une pension 2 fois par ans et cure d ail et nos chevaux vont très bien (22ans et 8 ans)

Nicole noel
Invité
Nicole noel

Bonjour ! Il y as 1 mois lords du vermifuge ma jument de 11 ans a fait une allergie , le vétérinaire est venue car la réaction était intense et immédiate après avoir reçu Egvalan Gold . Maintenant suis vraiment craintive , face au traitement d’automne le reste de l’année ont fait toujours faire une analyse de crottin . Mais selon le vétérinaire les vers d’automne sont pas vraiment détectable à l’analyse donc vaux mieux vermifuger systématiquement . Mais j’ai vraiment peur pour ma jument . Les allergies au vermifuges sont telles fréquentes ? Merci Nicole

Laetitia
Invité
Laetitia

Bonjour,
En pratique, pour des chevaux d’élevage, est-il suffisant de placer les chevaux au moment de la vermifugation dans un paddock restreint pendant 2 ou 3 jours, le temps d’évacuer les parasites, et de retirer les crottins après le passage des chevaux?
Le reste du temps, les chevaux sont dans de grandes pâtures de bonne qualité, en rotation et sans entretien particulier à part les haies qui les entourent et les foins réalisés sur certaines parcelles. Je ne fais pas de surpaturage, pas d’amendements sur les parcelles, un peu de broyage des refus à la belle saison.
Merci de votre réponse.