7 exercices pour la rentrée

7 exercices pour la rentrée

Allez, c’est la rentrée, le moment de reprendre des bonnes résolutions qui ne tiendront probablement plus début octobre, mais c’est pas grave ! On s’inscrit à une nouvelle salle de sport, on s’abonne à la piscine, on s’achète des livres pour bien manger … Et votre cheval dans tout ça ???? Et bien c’est le moment de prendre des bonnes résolutions pour lui aussi ! Et ça commence par deux semaines de travail progressif pour le remettre en jambe. C’est parti pour 7 exercices !

C’est fini les vacances et les doigts de pied en éventail ! 🙁 © Stéphanie Delbove

Objectif #1 – Retonifier les abdos, les pectoraux, les fessiers et l’encolure (rien que ça !)

Bien que le cheval se “désentraîne” beaucoup moins vite que l’Homme, il faut quand même reprendre doucement pour éviter notamment les myosites qui arrivent fréquemment au moment de la reprise du travail si elle est trop brutale.

On va donc commencer par trois exercices de musculation assez complet pour refaire gagner en tonicité les abdominaux (donc le dos si vous avez bien suivi l’article “Pas d’abdos, pas de dos”), les pectoraux (les muscles du poitrail, dont je dévoile tous les secrets dans cet article), les fessiers et l’encolure.

Marcher dans l’eau

Marcher dans l’eau, monté ou longé, est un très bon exercice pour le cheval. © Stéphanie Delbove

Pour commencer un premier exercice qui permet la transition vacances –> travail en douceur ! Si la météo est un peu clémente chez vous et que vous avez la possibilité d’accéder à une étendue d’eau, profitez en pour aller marcher dans l’eau, voire de faire nager votre cheval ! C’est excellent pour eux, comme la natation l’est pour nous !

La résistance de l’eau rend les pas beaucoup plus compliqués. C’est physiquement difficile mais c’est une excellente manière de remettre les chevaux au travail. C’est d’ailleurs souvent utilisé suite à des blessures pour remuscler les chevaux plus en douceur ou comme entrainement de récupération. Les entrainements en piscine ont d’ailleurs montré leur efficacité pour la « mise en souffle » du cheval: la fréquence cardiaque et la lactatémie diminuant nettement de séance en séance. [1]

 

8 de chiffre en variant l’attitude

On repasse sur la terre ferme. Il s’agit simplement de faire, au pas et au trot, un 8 de chiffre dans lequel vous enchaînez une boucle en descente d’encolure et une boucle avec l’encolure plus haute, le tout avec un peu d’engagement s’il vous plaît !  N’insistez pas trop au départ, c’est plus dur qu’il n’y paraît pour le cheval ! Pensez également à alterner les deux mains.

Ça paraît simple mais c’est un très bon exercice qui va faire travailler votre cheval de manière assez globale.

Huit de chiffre en alternant les attitudes

Pourquoi ça fait travailler les abdos et les fessiers ?

Parce que le fait de descendre l’encolure va mettre en tension les ligaments nucal et supra-épineux (je vous renvoie à l’article sur les abdos qui explique tout ça), qui vont venir exercer une traction du bassin pour le faire basculer “vers l’avant” et donc compliquer le travail des abdos. Donc pour un même engagement, en descente d’encolure le travail des abdos est 2 fois plus intense ! En plus de ça, la modification des angles articulaires au niveau des postérieurs va venir étirer les muscles fessiers (muscles de la propulsion) qui vont s’en trouver tonifiés !

 “Les déplacements articulaires sont donc associés à l’élongation de tous les muscles de la propulsion ce qui est très favorable au développement de la vigueur et de la puissance de la détente.” [2]

Attention tout de même, les chevaux qui ont des problèmes articulaires peuvent avoir un peu de mal au début.

Pourquoi ça fait travailler les pectoraux ?

Là aussi, une lecture de l’article sur les pectoraux vous sera utile si ça n’est pas déjà fait. En fait, pour résumer, les pectoraux du cheval (les muscles du poitrail) forment un “hamac” qui soutient tout le tronc du cheval puisque le cheval n’a pas de clavicule. Du coup, en descendant l’encolure, ça va venir charger l’avant main et donc obliger les pectoraux à se contracter très fort dans l’élongation (contraction excentrique) pour soutenir le tronc.

Pourquoi ça fait travailler l’encolure ?

Le détail de la musculation de l’encolure fera l’objet d’un prochain article pour vous détailler tout, mais pour faire simple, les muscles qui permettent au cheval de relever l’encolure (les muscles extenseurs) : les muscles cervicaux dorsaux et le muscle erector spinae pour ne pas les citer, vont se retrouver fortement étirés dans la descente d’encolure, ils vont donc réagir en se contractant dans l’étirement (contraction excentrique) pour maintenir la tête du cheval à niveau. Cette contraction excentrique va donc fortement tonifier l’encolure !!

Travail en cercle en dénivelé

Cet exercice n’est possible que si vous avez un peu de dénivelé chez vous. Si vous avez la chance d’en avoir, profitez en, c’est extrêmement bénéfique pour le cheval !!!

Pour cet exercice vous pouvez tout simplement longer ou bien travailler monté. Le travail en cercle aux 3 allures en dénivelé est absolument magique pour faire travailler les fessiers qui vont être successivement fortement étirés dans la descente et devoir se contracter fort pour propulser dans la montée. Les pectoraux vont devoir encaisser une charge bien supérieure à d’habitude dans la descente, et les abdos vont devoir travailler 3x plus que d’habitude pour assurer l’engagement.

Si vous avez la chance d’avoir accès à un terrain en dénivelé comme celui-ci, profitez-en, les possibilités sont illimitées !!! © Léa Viron

 

Objectif #2 – Retrouver de la souplesse

Barres surélevées au pas

Le dispositif est très simple : une barre (ou une ligne de barres), surélevée de quelques dizaines de cm (de 10 à 30-40cm). Votre cheval doit pouvoir enjamber la barre à savoir passer ses pieds les uns après les autres au dessus de la barre.

Vous verrez que souvent les antérieurs passent sans problème mais ils ont vite tendance à “sauter” avec les deux postérieurs ensemble. Dans ce cas recommencez jusqu’à ce que les 4 pieds passent l’un après l’autre.

C’est un très bon exercice de coordination et aussi de musculation puisque le cheval est obligé de décomposer tous ses mouvements dans la lenteur et de fléchir toutes ses articulations plus fort que d’habitude. Pour ma part j’aime bien faire cet exercice en tout début de séance en guise d’assouplissement.

Barres en quinconce au trot

Un grand classique pour moi ! L’exercice par excellence qui peut se glisser dans toutes vos séances. En longe ou monté, en détente ou en travail, sur le plat ou à l’obstacle.

Il s’agit juste de passer au trot des barres légèrement relevées (aux deux extrémités de 10 ou 20cm ou bien successivement l’une et l’autre auquel cas vous pouvez monter un peu plus), en les espaçant de 1,20m à 1,50m selon les chevaux.

Barres en quinconce au trot

Les avantages sont nombreux : gain en souplesse et en coordination, cadence qui baisse, rebond qui augmente, et c’est un fabuleux exercice de renforcement musculaire.

En effet, le cheval est obligé de modifier la trajectoire de son pied au dessus de la barre, le faisant travailler de partout !

Les pectoraux et les dentelés travaillent pour permettre de faire “remonter le garrot” (ils allègent l’avant main) et pour fléchir les antérieurs. Les abdominaux se contractent fort de manière concentrique pour permettre au postérieur de se fléchir pour passer la barre, les fesses travaillent dans l’étirement également, enfin tout y passe. Vous pouvez d’ailleurs mesurer les progrès de votre cheval sur un tel exercice grâce au capteur Equisense Motion qui calcule le rebond de votre cheval. Vous pourrez ainsi savoir si votre cheval ne fait que modifier la trajectoire de ses pieds ou s’il se projette vraiment plus vers le haut.

D’un point de vue hauteur, commencez petit (20-30cm) mais une fois que votre cheval est habitué, vous pouvez monter un peu plus !

Attention, les chevaux qui ne connaissent pas peuvent être surpris les premières fois !

 

Objectif #3 – Retrouver de l’énergie et de l’agilité

8 de chiffre au galop

Encore un exercice en huit de chiffre mais cette fois au galop, et sans changer de pied ! Le contre galop est un très très bon exercice d’équilibre et de coordination pour le cheval.
L’exercice peut être fait en plusieurs étapes. Dans un premier temps la boucle en contre galop peut être faite avec un léger contre pli pour faciliter le contre galop. Ensuite le cheval est maintenu “droit sur le cercle”, puis dans un troisième temps on peut chercher à l’incurver sur le cercle (donc votre cheval galope sur le pied gauche en étant incurvé autour de votre jambe droite). Cette 3ème étape est très dure !! Allez y progressivement ! Pour autant, si vous y arrivez sans que votre cheval ne change de pied vous aurez atteint le « presque graal » du contrôle de votre cheval. 

Les sauts de puce

Idem, grand classique. Et chers cavaliers de dressage, pour vous aussi c’est un excellent exercice !

En effet, les sauts de puce sont très bons pour faire travailler les abdominaux grâce aux flexions-extensions très rapides et rapprochées, ainsi que les pectoraux, comme tout exercice à l’obstacle !

Distance pour les sauts de puce. (Schéma Equisense)

A la réception du premier obstacle, les antérieurs se posent puis vont décoller pour entamer le franchissement du second obstacle et ensuite les postérieurs vont se poser pour tout de suite faire leur appel du second obstacle. Il y a donc une phase où les antérieurs sont déjà en train d’aller sauter alors que les postérieurs ne se sont pas encore réceptionnés du premier saut. Cette phase de suspension est plus ou moins longue selon la vitesse à laquelle on rentre dans le dispositif.
Les pectoraux travaillent énormément à la fois à la réception pour soutenir le tronc entre les antérieurs, mais aussi pour aider à faire décoller les antérieurs avant que les postérieurs ne soient posés. La flexion du dos donc la contraction des abdos est énorme lors de cette phase, et enfin les fessiers vont devoir jouer leur rôle de propulseur, donc vont travailler aussi très dur !

Génial comme exercice non ??

 

Bon, avec ça, vous avez de quoi vous occuper pendant 2 ou 3 semaines le temps de remettre la mécanique en route ! Et d’ici là, nous on travaille sur une petite surprise pour vous, pour que vous ayez toujours des idées d’exercices dans la poche 😉 Allez, je n’en dis pas plus ! 😉 

A très vite pour un prochain article,

Camille Saute,
Responsable R&D chez Equisense

 

Bibliographie

[1] P. Galloux, Le Concours Complet d’Equitation. Paris, France: Belin, 2011.

[2] J.-M. Denoix, Biomécanique et gymnastique du cheval. Paris, France: Vigot, 2014.

 


3 réactions au sujet de « 7 exercices pour la rentrée »

  1. Est ce qu’il pourrait y avoir de temps en temps un article pour les cavaliers moins expérimentés avec des exos plus simples et plus d’explications (par exemple comment disposer des barres au sol dans la série objectif#2) ?

    1. Bonjour Nathalie !
      Merci de m’avoir fait remarquer l’oubli ! Je l’ai rajouté dans l’article.
      L’espacement entre les barres est de 1,20m à 1,50m selon les chevaux.

      Aucun souci pour faire des exercices plus simples, je note ! Simplement pour que je cible bien vos attentes, quels sont les exercices que vous jugez ici trop difficiles et ceux que vous considérez comme étant bien adaptés ?
      Pour les explications vous parlez de l’explication liée au dispositif ou liée aux effets de l’exercice ?

      En tout cas merci de votre commentaire, ça nous aide à nous améliorer 🙂
      Si vous préférez, on peut échanger par mail : camille@equisense.fr

      A très vite !
      Camille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *